Accueil » 5 étapes essentielles pour réussir un brainstorming

5 étapes essentielles pour réussir un brainstorming

Les étapes à faire pour le Brainstorming

Découvrez les 5 étapes essentielles pour réussir un brainstorming dans votre projet, business ou dans votre vie en général.

Le brainstorming, c’est quoi déjà ?

Le brainstorming ou « remue-méninges » en français est une technique pour faire émerger de nouvelles idées, un nouveau concept, une nouvelle marque ou de nouvelles stratégies. Elle s’applique dans la plupart du temps dans des entreprises, mais aussi, à titre individuel pour chercher des solutions aux problèmes.

Face aux changements organisationnel et numérique, les dirigeants organisent souvent des ateliers de brainstorming pour régler les problèmes de l’entreprise, des anomalies ou pour améliorer un processus. Durant l’atelier, plusieurs idées sont proposées par des participants. Ses idées sont analysées, classées et segmentées selon des critères de sélection propres à l’entreprise.

De ce fait, la technique du brainstorming est facile à mettre en place et à réaliser, et ne demande qu’un minimum de moyens matériels et humains. Cependant, plusieurs personnes ne savent pas correctement l’appliquer, ce qui induit à des échecs.

Donc, les questions qui se posent sont : comment un brainstorming est il réellement appliqué ? Quelles sont les choses à ne surtout pas commettre lors d’un brainstorming ? Et quelles sont ces limites ?

Étapes du brainstorming

1- Constituer un atelier

L’animateur constitue un groupe de participants qui doit être hétérogène et polyvalent. L’animateur est essentiel lors d’un brainstorming. En effet, il est vu comme un arbitre, une personne en qui tous les participants convergent. Son rôle est de poser les questions nécessaires pour avancer dans l’atelier, recentrer l’objectif , gérer le temps de parole et de l’atelierviser à ce que l’atelier se passe dans de bonnes conditions.

2- Mettre en place un grand tableau blanc

L’objectif est que tous les participants donnent des idées sur la question posée. On compte en moyenne 3 à 5 idées majeures par participant. Si l’on multiplie le nombre maximum d’idées fois le nombre maximum de participants, on comptera 50 idées ! Et donc, il est bon de mettre un grand tableau blanc afin de partager un maximum de propositions. Aussi, avoir un grand tableau blanc permet de lâcher prise et de laisser répondre l’imagination et la créativité.

3- Filtrer et classer les idées

C’est une étape cruciale avant de choisir l’idée. Cela demande, tout d’abord, à éliminer les idées qui sont moins pertinentes en faisant un vote ou une mise en situation que l’animateur applique aux participants. Dans ce contexte, l’animateur aide les participants dans la phase d’éliminations d’idées. Par exemple, il peut demander à un participant : “Si tu étais le patron ou si nous avions une contrainte budgétaire/temps/risques/…etc. que feriez-vous dans ce cas ?”. Ensuite, vient la phase de classer et de prioriser les idées en fonction des critères d’appréciation ou de selection convenus au début de l’atelier.

4- Confronter les idées priorisées 

Les participants sont amenés à simuler chaque idée priorisée face à la réalité. Durant cette étape, les participants confrontent chaque idée et analysent leurs forces et faiblesses. De ce fait, c’est une étape qui demande un grand effort pour l’animateur et son assistant afin d’orchestrer les idées. En effet, à l’aide des tableaux à feuilles, l’animateur met les avantages et les inconvénients de chaque idée simulée afin de sortir avec une à trois idées pilotes.

5- Faire le suivi

Les suivis des idées sélectionnées sont essentiels, cela permettra aux personnes qui n’ont pas participé à l’atelier de comprendre les choix des participants et les motifs d’élimination de certaines idées. Cela se fait généralement par l’assistant de l’animateur dans une fiche synthétique ou par voie de l’enregistrement vidéo et audio de la séance.

À ne pas faire ! X

  • Critiquer les idées des participants.
  • Limiter les propositions d’idées par participant.
  • Classer et prioriser les idées au début de l’atelier.
  • Proposer des idées en dehors de la question ou du thème.

À faire 

  • Choisir des participants d’horizons et de personnalités différentes. Groupe de 6 à 10 personnes afin de créer une dynamique de familiarité.
  • Privilégier une ambiance chaleureuse et avoir en main un kit d’animation: post-it, feutres de couleur, grands tableaux, gommette, etc.
  • S’assurer que tous les participants aient le même temps pour s’exprimer.
  • Créer dans l’idéal, un atelier sous forme d’un jeu. L’animateur et les participants doivent s’amuser et être en même temps sérieux dans l’atelier.

Quelques connaissances en plus

Les qualités de l’animateur

Les qualités de l’animateur sont celles d’un bon Leader, d’un capitaine d’équipe ou d’un chef d’orchestre. Ses principales qualités intrinsèques sont :

  • Avoir de l’autorité et un certain charisme
  • Une vision globale sur l’atelier et sur les points stratégiques à discuter
  • Être un bon communiquant
  • Diplomate
  • Être à l’écoute
  • Avoir des compétences de synthèse et de feedback.

Lire aussi mon article sur les 10 qualités indispensable pour devenir un bon chef de projet. Cet article est en relation avec les qualités de l’animateur. Vous trouverez le lien sur le mot clé en bleu.

Les ressources nécessaires pour le brainstorming

  • Un animateur et des participants (bien évidemment) 🙂
  • Assistant chargé de prendre des notes (facultatif)
  • Grand tableau blanc
  • Un enregistreur vidéo et audio (facultatif)
  • Des tableaux à feuilles, des posts-it et des matériels de prise de notes (feuilles, stylos, etc.)
  • Un local agréable et chaleureux
  • Boissons, eau, cafés et une légère collation (en fonction de la durée de l’atelier)

Les limites du Brainstorming

  • La méthode est efficace pour trouver des idées et des solutions aux problèmes, mais reste limitée pour prendre des décisions.
  • Un mauvais animateur peut entrainer les participants à hésiter à s’exprimer.
  • La réussite de l’atelier brainstorming repose surtout sur la bonne volonté et l’engagement des participants à s’exprimer et proposer des idées.
  • D’après certaines études, les personnes réfléchissant individuellement à un problème, produisent de meilleurs résultats en termes de proposer des solutions/idées.

Pour aller plus loin

Pour les personnes voulant approfondir le sujet, je vous suggère deux livres intéressants à lire sur le brainstorm et l‘animation. Aussi, pour ceux qui n’ont pas la possibilité de faire des ateliers physiques ou de rassembler des participants, Je vous propose le logiciel Miro, efficace qui simule les mêmes conditions de travail que sur un atelier brainstorming en physique. 🙂

Je vous laisse là avec ces 5 étapes essentielles pour réussir un brainstorming. J’espère qu’ils vous auront aidé dans la compréhension du concept ou vous ont inspiré pour la réussite d’un atelier brainstorming. 

N’hésitez pas à débattre en commentaires, que vous soyez d’accord ou pas avec moi ! Je suis impatient de vous lire. 😉

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager !

3 commentaires sur “5 étapes essentielles pour réussir un brainstorming”

  1. Animer un brainstorming n’est pas toujours évident, mais c’est une activité qui peut être très enrichissante pour une entreprise ou une équipe. J’ai eu l’occasion d’en faire dans le cadre de création de sites, et c’est très intéressant. En outre, tu expliques bien les erreurs à ne pas commettre pour ne pas « bloquer » les participants dans leur processus de réflexion. Merci !

    1. Merci Mélissa pour ton retour 🙂 Il est vrai que ce n’est pas évident d’animer un brainstorming. J’ai assisté et animé aussi quelques un avec les équipes.
      C’est pour cela que je propose les 5 étapes à suivre pour réussir un brainstorming tout en évitant comme tu dis, de bloquer et de critiquer la réflexion et la création.

Laisser un commentaire